dimanche 19 novembre 2017

Lundi de la 33ème semaine du temps ordinaire

   
Lundi 20 novembre 2017


L'aveugle de Jéricho



Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18, 35-43.
Alors que Jésus approchait de Jéricho, un aveugle mendiait, assis au bord de la route.
Entendant la foule passer devant lui, il s’informa de ce qu’il y avait.
On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait.
Il s’écria : « Jésus, fils de David, prends pitié de moi ! »
Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! »
Jésus s’arrêta et il ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda :
« Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je retrouve la vue. »
Et Jésus lui dit : « Retrouve la vue ! Ta foi t’a sauvé. »
À l’instant même, il retrouva la vue, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa une louange à Dieu. © AELF

Commentaire

Jéricho est situé au-dessous du niveau de la mer. Cette ville représente le monde du péché éloigné de Dieu. Jésus et ses disciples passent par cette ville alors qu’ils sont en route vers Jérusalem.. Une foule nombreuse se presse autour de lui. Sur sa route, il croise un homme aveugle qui est assis au bord de la route pour mendier. Cet homme aveugle et mendiant est l'image de l'humanité tombée dans le péché.

Apprenant que c'est Jésus qui passe, l'homme aveugle va le supplier avec grande insistance. On cherche à le faire taire. Mais plus on veut le faire taire, plus il crie fort. C’est un très bel exemple de ténacité et de constance dans la prière. On peut avoir de nombreuses raisons de ne pas prier. Mais ce pauvre mendiant nous apprend à ne pas nous décourager.

Le même Jésus continue à passer sur nos routes, au cœur de nos vies. Il passe partout où il est annoncé, partout où des gens se rassemblent pour le prier, l’écouter et parler de lui. Des gens qui sont loin de lui entendent comme une rumeur. Ils cherchent à savoir. Parfois, ils viennent à l’église pour voir. Comment les accueillons-nous ? On voit parfois des chrétiens qui préfèreraient rester bien entre eux. Et aujourd’hui, il dit aux disciples : « Appelez-le. » Tous les hommes sans exception sont appelés à Jésus. Voilà un message de la plus haute importance pour nous qui fonctionnons trop souvent sur le mode de l’exclusion.

Cet évangile nous annonce une bonne nouvelle : L’aveugle a été guéri, oui bien sûr, mais le plus important est ailleurs ; sa confiance absolue en Jésus l’a sauvé. Nous pouvons demander au Seigneur de nous donne » la même foi que ce mendiant aveugle, qu’il nous libère de tout ce qui nous ferme à lui et à tous nos frères.

Aujourd'hui, Jésus nous repose la même question qu’à cet homme : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Ce n’est pas une question piège comme celles que posent les pharisiens. C’est simplement la question d’un Dieu qui veut passer dans notre vie pour nous sauver. Mais sans notre confiance, il ne peut rien faire. Comme l’aveugle de l’évangile, nous crions : « Fais que je voie ! » Aie pitié de moi qui ne vois trop souvent que l’affreuse nuit du doute. Aie pitié de moi qui ne vois pas toujours le sens de ma vie et le pourquoi des épreuves qui m’accablent. Aie pitié de moi qui ne vois pas combien tu m’aimes.

Le Seigneur est là pour nous guérir de nos aveuglements, pour nous ouvrir à l’amour de Dieu et à celui de tous nos frères. Aujourd'hui, c'est un exclu qui nous donne l'exemple. La confiance est un combat de tous les jours, parfois dans l’obscurité de la foi. Mais grâce à cet homme guéri, nous savons que la nuit n’a pas le dernier mot. C’est de cette espérance que nous avons à témoigner tout au long de notre vie auprès de tous ceux et celles qui nous entourent.

Autres commentaires
 Radio Fidélité (cliquer sur 324 puis sur la flèche) : Écouter 


 Radio Présence
RCF


Radio Notre Dame 
   


Pour prier

samedi 18 novembre 2017

33ème dimanche du temps ordinaire

Des serviteurs qui ne doivent pas dormir

 


Testes bibliques : Lire 
 
Les textes bibliques de ce dimanche nous disent que nous avons tous une mission à remplir. Cette mission nous a été confiée par le Seigneur. Un jour, il reviendra et nous aurons à lui rendre des comptes. C'est chaque jour que nous avons à nous préparer à cette grande rencontre. Pour cela, nous ne sommes pas seuls. Le Seigneur lui-même est là au cœur de nos vies pour nous conduire sur le chemin de la sainteté.

Le livre des Proverbes (1ère lecture) nous parle de la femme vaillante, très appréciée pour ses qualités d'épouse et de mère ; elle fait le bonheur de son mari et de ses enfants. Elle montre également ses qualités de cœur devant Dieu et devant le pauvre. Bien avant Jésus Christ, elle nous rappelle que nous avons à répondre à notre vocation présente. C'est Dieu lui-même qui nous confie cette responsabilité. Les bonnes œuvres dont nous parle cette lecture, c'est notre amour pour Dieu et notre engagement au service des autres. La journée du Secours catholique est là pour nous le rappeler.

Dans sa lettre aux Thessaloniciens, saint Paul nous recommande de rester éveillés dans l'espérance du Royaume de Dieu. Il s'adresse à des chrétiens qui spéculent beaucoup sur la date du retour du Christ ; il refuse d'entrer dans ce jeu : ce qui importe c'est de vivre continuellement en présence de Dieu, c'est d'être prêt à le recevoir à tout instant. Le chrétien doit être par excellence un homme éveillé et disponible. Au jour de notre baptême, nous sommes devenus des fils de lumière. Il faut que cela se voie dans notre vie.

La parabole des talents nous montre le chemin à suivre. Elle nous raconte l'histoire d'un homme qui se prépare à partir. Il appelle ses serviteurs et leur confie tous ses biens. En son absence, ils doivent les faire fructifier. Les deux premiers serviteurs doublent le capital de départ. Tous deux reçoivent les louanges de leur maître. Quant au troisième, il se contente de restituer l'argent reçu ; il est réprimandé et puni.

La signification de cette parabole est claire : l'homme qui part en voyage c'est Jésus ; les serviteurs c'est nous. Les talents c'est le patrimoine que le Seigneur nous confie, c'est sa Parole, son Eucharistie, c'est la foi en Dieu notre Père, c'est son pardon, c'est encore des frères et des sœurs à aimer. C'est ainsi que le Seigneur nous confie ses biens les plus précieux. Il ne nous demande pas de les conserver précieusement dans un coffre-fort mais de les faire fructifier. Il veut que nous les utilisions pour le bien des autres.

Tous ces biens que nous avons reçus c'est pour les donner aux autres. C'est ainsi qu'ils fructifient. Si le Seigneur nous donne sa miséricorde, tendresse, son pardon, c'est pour que nous en fassions un bon usage. Le pape François nous dit que c'est comme une contamination qui doit se propager partout dans le monde. Chacun peut se poser ces questions : Combien de personnes avons-nous encouragées par notre espérance ? Combien d'amour avons-nous partagé avec notre prochain ? Le témoignage que le Seigneur attend de nous doit être ouvert à tous, même à ceux et celles qui sont loin de lui.

Cette parabole des talents nous pousse donc à ne pas cacher notre foi, notre appartenance au Christ. Nous ne pouvons pas enterrer la Parole de l'Évangile. La Parole de Dieu doit circuler dans notre vie, dans nos relations, dans les situations concrètes. C'est comme une force qui interpelle, qui purifie et qui renouvelle. Le sacrement du pardon que nous avons reçu doit déployer sa force. Il doit faire tomber les murs que note égoïsme a édifiés. Il doit nous amener à faire le premier pas là où il n'y a plus de communication.

La journée du Secours catholique nous donne l'occasion de répondre à cet appel du Seigneur. Depuis 1946, cette structure s'efforce de rayonner la charité. Dans chrétiens s'organisent pour faire reculer tout ce qui déshumanise. Malheureusement, les pauvres sont trop souvent victimes de préjugés. Nous vivons dans un monde dur et violent. Un jour, la question nous sera posée : "Qu'as-tu fait de ton frère ?" N'oublions pas, ce qui donne de la valeur à notre vie, c'est notre amour de tous les jours pour tous ceux et celles qui nous entourent.

En ce jour, nous pouvons reprendre l'oraison du missel : "Accorde-nous, Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité car c'est un bonheur durable et profond de servir constamment le créateur de tous biens. Amen.


Sources : Lectures bibliques des dimanches (Albert Vanhoye) – Guide Emmaüs des Dimanches et fêtes (JP Bagot) – François selon saint Matthieu – Secours catholique


vendredi 17 novembre 2017

Samedi de la 32ème semaine du temps ordinaire

18 novembre 2017

Prier sans se lasser


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18,1-8.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager :
« Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes.
Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.”
Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne,
comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” »
Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice !
Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »


© AELF


Commentaire
Aujourd'hui, Jésus nous raconte l’histoire de cette pauvre veuve qui supplie pour que justice lui soit faite. C’est une femme sans défense, sans pouvoir ni bonnes relations. Elle a des démêlés avec une justice corrompue, avec un juge qui se fiche pas mal des pauvres et des faibles. L’obstination de cette femme fera basculer l’attitude moqueuse de ce « juge dépourvu de justice ». À force d’être harcelé, il finira par lui accorder tout ce qu’elle demande.

Cette veuve symbolise la pauvreté et l’impuissance des exclus, des sans-voix et des marginaux. Ils sont très nombreux chez nous et dans le monde entier. Nous pensons à toutes les victimes des injustices, des conflits, des attentats, des persécutions. C’est toute cette souffrance que nous présentons au Seigneur. Prier c’est insister comme des enfants qui reviennent sans arrêt à la charge, jusqu’à obtenir gain de cause. Notre Dieu n’est pas comme ce juge dont nous parle l’Évangile. Il est notre Père, un Père qui aime chacun de ses enfants et qui ne veut que leur bonheur. Voilà une bonne nouvelle qui doit nous remplir de joie.

Le Christ conclut sa parabole en nous posant une question de la plus haute importance : « Le Fils de l’Homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Trouvera-il des disciples missionnaires ? Le pire ennemi de la foi c’est le découragement, c’est quand on se dit que Dieu n’est jamais là, ou qu’il nous a abandonnés. Jésus nous met en garde contre ce danger. Croire c’est s’obstiner dans la prière, c’est crier vers Dieu jour et nuit sans baisser les bras. Il ne manquera pas d’oiseaux de malheur pour semer le doute. Mais l’exemple de la veuve est là pour nous apprendre l’obstination.

Ensemble, nous nous tournons vers toi Seigneur. Nous te prions en communion avec tous les groupes de prières de nos diocèses et avec tous les chrétiens du monde entier. Aide-nous à dépasser le plan terrestre où nous nous installons trop facilement. Garde-nous dans ton amour. Au milieu de nos travaux, de nos joies et de nos peines, fais-nous vivre en enfants de Dieu, disciples et missionnaires. Amen

Prière
 

jeudi 16 novembre 2017

Vendredi de la 32ème semaine du temps ordinaire

17 novembre 2017

Le jour du Fils de l'Homme 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 17,26-37.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme cela s’est passé dans les jours de Noé, ainsi en sera-t-il dans les jours du Fils de l’homme.
On mangeait, on buvait, on prenait femme, on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche et où survint le déluge qui les fit tous périr.
Il en était de même dans les jours de Loth : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ;
mais le jour où Loth sortit de Sodome, du ciel tomba une pluie de feu et de soufre qui les fit tous périr ;
cela se passera de la même manière le jour où le Fils de l’homme se révélera.
En ce jour-là, celui qui sera sur sa terrasse, et aura ses affaires dans sa maison, qu’il ne descende pas pour les emporter ; et de même celui qui sera dans son champ, qu’il ne retourne pas en arrière.
Rappelez-vous la femme de Loth.
Qui cherchera à conserver sa vie la perdra. Et qui la perdra la sauvegardera.
Je vous le dis : Cette nuit-là, deux personnes seront dans le même lit : l’une sera prise, l’autre laissée.
Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain : l’une sera prise, l’autre laissée. »
[…]
Prenant alors la parole, les disciples lui demandèrent : « Où donc, Seigneur ? » Il leur répondit : « Là où sera le corps, là aussi se rassembleront les vautours. »


©  AELF

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Commentaire
 Nous
continuons à méditer sur "le jour du Fils de l'Homme". L'Évangile de ce jour se présente comme une "apocalypse". Dans le langage courant, quand on parle de l'Apocalypse, on pense "catastrophe". En fait, le but de ce texte est d'inviter les croyants à rester fidèles et à tenir ferme dans la foi. Le Seigneur reviendra dans la gloire. Pour ceux qui seront restés fidèles, ce sera un jour de joie.

Nous sommes tous appelés à nous convertir ; personne ne pourra échapper au jugement. Il aura lieu là où chacun se trouvera, sans autre forme de procès, ni tergiversation, ni sursis. Le critère de ce jugement sera l'amour que nous aurons mis dans notre vie.

Encore une fois, le but de Jésus n'est pas de nous faire trembler. Cela ne servirait qu'à nous détourner de la seule question essentielle : Comment vivre du Christ et pour lui ? Comment le remettre au centre de nos vies ? Comment faire en sorte en sorte que le jugement nous trouve prêts. La réponse que Dieu attend de nous, c'est une vie remplie d'amour pour lui et pour les autres.

Autres commentaires
Evangeli.net
Radio Fidélité (cliquer sur 321 puis sur la flèche)

mercredi 15 novembre 2017

Jeudi de la 32ème semaine du temps ordinaire

16 novembre 2017

Le Royaume de Dieu 

 

Un signe du règne de Dieu
Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 17,20-25.
En ce temps-là, comme les pharisiens demandaient à Jésus quand viendrait le règne de Dieu, il prit la parole et dit : « La venue du règne de Dieu n’est pas observable.
On ne dira pas : “Voilà, il est ici !” ou bien : “Il est là !” En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous. »
Puis il dit aux disciples : « Des jours viendront où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez pas.
On vous dira : “Voilà, il est là-bas !” ou bien : “Voici, il est ici !” N’y allez pas, n’y courez pas.
En effet, comme l’éclair qui jaillit illumine l’horizon d’un bout à l’autre, ainsi le Fils de l’homme, quand son jour sera là.
Mais auparavant, il faut qu’il souffre beaucoup et qu’il soit rejeté par cette génération. » © AELF 



Commentaire
"Quand viendra le Royaume de Dieu ?" Voilà une question qui revenait souvent chez les Juifs. Elle a été reprise par les chrétiens. Ces derniers se posaient des questions : "Si le Christ est ressuscité et si Dieu a répandu son Esprit Saint, comment se fait-il que le règne de Dieu ne soit pas encore arrivé ?"

Cette venue du Royaume de Dieu est liée à la personne de Jésus. Avec lui, les malades sont guéris, les pécheurs sont pardonnés, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. À travers ses exorcismes et ses miracles, Jésus manifeste que le Royaume de Dieu est venu jusqu'à nous. Saurons-nous reconnaître les signes de sa présence dans notre monde d'aujourd'hui ? 

Le Christ qui est venu et qui vient dans notre vie de tous les jours est aussi Celui qui reviendra : nous attendons sa venue dans la gloire. C'est à cette grande rencontre que nous nous préparons tout au long de notre vie.

Commentaire de Radio Fidélité (Cliquer sur 320 puis sur la flèche) : Écouter






mardi 14 novembre 2017

Mercredi de la 32ème semaine du temps ordinaire



Mercredi 15 novembre 2017

Rendre grâce


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 17,11-19.
En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée.
Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance
et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. »
À cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés.
L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix.
Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain.
Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ?
Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! »
Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »
© AELF


Commentaire


Jésus est en route vers Jérusalem. C'est là qu'il va mourir sur une croix et ressusciter. En cours de route, dix lépreux viennent à sa rencontre : ils le supplient : "Jésus Maître, prends pitié de nous !"


C'est aussi cette prière que nous faisons monter vers le Seigneur : "Prends pitié de nous et du monde entier. Quand nous sommes blessés par la lèpre du péché, nous supplions le Seigneur d'avoir pitié de nous. Il ne demande qu'à nous purifier et à nous réintégrer dans la communauté des croyants. C'est ce qui se passe dans le sacrement du pardon.


Cet amour est offert à tous ; mais dans l'Évangile de ce jour, nous voyons que seul un samaritain est revenu rendre grâce. Il était considéré comme un hérétique ; et pourtant, il a fait preuve d'une foi plus grande que les autres. Cela, nous le voyons aussi dans notre monde d'aujourd'hui. Des personnes indifférentes ou ennemies de la foi chrétienne ont fait cette rencontre avec le Christ et ils rendent gloire à Dieu.


Chaque dimanche, nous célébrons l'Eucharistie qui nous purifie. Elle rassemble en un seul peuple des hommes, des femmes et des enfants très différents. Elle nous rend ouverts à ceux qui voudraient y entrer. Chaque année, nous accueillons au catéchisme des enfants qui demandent le baptême. Des adultes font aussi cette démarche. Nous rendons grâce pour ce don de Dieu offert à tous ; et nous le supplions : "Ramène à toi tous tes enfants dispersés…" Donne-nous de ne pas faire obstacle à ta volonté de sauver tous les hommes mais d'y adhérer par toute notre vie.